Chirurgie orale

La société de discipline en bref

La Société suisse pour la chirurgie orale et la stomatologie (SSOS) a été fondée en 1999 en tant que société de discipline reconnue par la SSO. Le 1er janvier 2006, elle a également été reconnue en cette qualité par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La SSOS compte actuellement (2015) un peu plus de 300 membres ordinaires et extraordinaires dans toute la Suisse.

Le but poursuivi par la SSOS, c’est-à-dire par son comité et sa commission de formation postgrade, est de promouvoir la qualité de l’enseignement, de la recherche, de la formation postgrade et de la formation continue en chirurgie orale et en stomatologie. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Web de la SSOS (http://www.ssos.ch/fr/ssos) ainsi que ses statuts (http://www.ssos.ch/fr/ssos/statuts).

Informations générales sur le travail d’un médecin-dentiste spécialiste en chirurgie orale

Le cursus de formation postgrade en chirurgie orale porte d’une part sur le diagnostic, clinique et radiologique, et la prévention des pathologies oro-faciales et, d’autre part, sur les stratégies de soins conservateurs et chirurgicaux en stomatologie, traumatologie, endochirurgie, chirurgie dento-alvéolaire et implantologie et sur les suivis correspondants.

• Radiologie : La radiologie dentaire et ses techniques variées qui vont du cliché radiologique classique à la tomographie volumique numérique en passant par la tomographie panoramique permettent de diagnostiquer et de mettre en évidence les modifications pathologiques dans la région maxillo-mandibulaire.

• Chirurgie orale : En chirurgie orale, les interventions dans la cavité buccale sont en règle générale effectuées en ambulatoire, sous anesthésie locale ou générale. Le traitement de dents ectopiques ou de modifications pathologiques dans la région maxillo-mandibulaire (tels que l’ablation de kystes maxillaires) font partie des actes classiques de la chirurgie orale.

• Stomatologie : La stomatologie se consacre au diagnostic et au traitement des modifications de la muqueuse buccale. Celles-ci peuvent prendre des formes très diverses, allant de l’aphte anodin jusqu’aux lésions les plus malignes qui engagent le pronostic vital du patient. Biopsies et ablations chirurgicales (la plupart du temps au moyen d’un laser) font partie des actes relevant de la stomatologie.

• Traumatologie dentaire : Ce domaine est consacré aux soins à prodiguer immédiatement après un accident qui a endommagé dents, os ou tissus mous dans la région buccale et aux possibles séquelles tardives ou dommages différés.

• Endochirurgie : Il s’agit des techniques qui permettent de préserver ou de restaurer la fonctionnalité d’une dent lors d’une inflammation de la zone apicale rebelle aux soins radiculaires conventionnels.

• Implantologie : La chirurgie orale s’est considérablement étoffée avec le développement de l’implantologie orale. Aujourd’hui, les implants dentaires s’imposent de plus en plus pour remplacer des dents manquantes. Avant de pouvoir poser l’implant en titane (qui remplace la racine de la dent), il faut souvent corriger des défauts osseux de l’arcade dentaire.

 

 

Brève description de la formation postgrade

Le cursus de formation postgrade qui conduit au titre fédéral en chirurgie orale dure en principe trois ans à plein temps. Le programme de cet enseignement est clairement défini et doit être suivi auprès d’un établissement de formation postgrade reconnu disposant d’un directeur de programme qualifié. Pour pouvoir se présenter à l’examen de spécialisation, le candidat doit avoir remis les documentations de cas exigées et publié deux articles scientifiques. Les périodes de formation postgrade accomplies à l’étranger doivent être soumises au BZW pour validation (art. 17 du règlement SSO de la formation postgrade).


Imprimer cette page

Règlement de spécialisation en chirurgie orale

Société suisse pour la chirurgie orale et la stomatologie SSOS

Etablissements de formation postgrade en chirurgie orale : 

Bâle

Berne

Genève

Lucerne

Zurich